Les différentes techniques d'ostéopathie
Santé

Les différentes techniques d’ostéopathie

Fondée en 1874 par Andrew Stiller, l’ostéopathie a depuis évolué pour mieux se spécialiser. Le principe de fonctionnement reste le même puisqu’il s’agit de techniques manipulatives. Toutefois, on peut regrouper l’ensemble des procédés utilisés en deux grandes familles : les techniques fonctionnelles et les techniques structurelles directes et indirectes. Il s’agit de simples théories, l’exercice de l’ostéopathie s’est affiné au fil des années.

Les techniques structurelles en ostéopathie

On parle de technique structurelle lorsque les manipulations concernent la structure osseuse. Il peut s’agir d’une vertèbre ou de toute autre partie du squelette qui provoque une douleur causée par un déséquilibre.
Elle est dite directe lorsque les tissus sont dirigés vers les barrières de la dysfonction. Il s’agit de méthodes articulaires de haute vélocité à basse amplitude ou alors de basse vélocité à haute amplitude. Il peut aussi s’agir d’inversion de paramètres ou de technique musculaire comme l’ostéopathie générale, la pression et appui musculaire SCS ou encore le relâchement post isométrique.

Elle est par contre indirecte lorsque les tissus sont amenés à se déplacer vers la barrière physiologique et non vers celle de restriction.

Au final, l’indication posturale, l’âge du patient, le plan thérapeutique de l’ostéopathe et bien d’autres critères permettent de créer des infinités de possibilités. C’est une technique d’ostéopathie pour les sportifs.

Les techniques fonctionnelles en ostéopathie

En ostéopathie, la participation active du patient est souvent sollicitée. On parle alors de technique fonctionnelle qui va mobiliser les tissus pour l’amener à un état de relâchement suffisant. Cet état va permettre de corriger la lésion. Cette méthode stimule le corps en le poussant à exploiter ses facultés d’auto guérison.

Dans ce cas, la thérapie est basée sur l’écoute manuelle. La respiration joue ici un rôle fondamental puisque c’est elle qui va aider au relâchement des tissus. On parle de manipulation douce qui agit sur les tissus qui englobent les articulations, que ce soit le tendon, les petits muscles ou les ligaments.

Une technique de correction très utilisée est celle de la Counterstrain. Établie dans les années 40, elle consiste à trouver les points de tension myofasciaux qui deviennent douloureux lorsqu’il existe un dysfonctionnement mécanique.

Les autres techniques ostéopathiques

Dans la grande famille des techniques ostéopathiques, on trouve l’ostéopathie viscérale ainsi que l’ostéopathie crânienne. Celle dite viscérale consiste à trouver les restrictions de mobilité entre les différents organes afin de rééquilibrer le corps. Elle touche plus précisément les viscères thoraciques et abdominaux.

En effet selon les théories sur le sujet, les viscères se déplacent de manière particulière à cause de la pression du diaphragme. Une dynamique viscérale s’installe, mais peut être modifiée ou même disparaître. L’ostéopathe aide l’organe à retrouver sa physiologie naturelle et ainsi faire disparaître les troubles qui y sont liés. Les bienfaits de l’ostéopathie sont prouvés avec ce procédé.

L’ostéopathie crânienne concerne, quant à elle, les os du crâne qui, normalement, doivent s’articuler entre eux, grâce à un mouvement appelé mouvement respiratoire primaire ou MRP. Les mouvements du crâne arrivent jusqu’au sacrum ou aux manchons qui enveloppent la moelle épinière et qui tapissent le crâne qu’on connaît sous le nom de dure-mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *