Reduire les impôts sur les sociétés
Business

Quelques astuces pour diminuer vos impôts sur les sociétés

La question de la fiscalité est une problématique importante pour les entreprises, en particulier celles qui sont soumises à l’impôt sur les sociétés. Le taux d’imposition atteint souvent le tiers du bénéfice de l’entreprise. Heureusement, il existe des techniques pour diminuer ses charges fiscales et optimiser sa trésorerie. Voici comment diminuer son IS.

L’impôt sur les sociétés, en bref

L’Impôt sur les Sociétés est une taxe applicable sur les bénéfices réalisés par une entreprise au cours d’une année d’exercice. On l’appelle également l’impôt sur les bénéfices.

C’est le régime d’imposition par défaut des SA, SARL, SAS ou SCA. Il est accessible à titre optionnel aux SNC, EURL, entrepreneurs individuels en EIRL, sociétés en participation et sociétés créées de fait.

Le taux normal de l’IS est de 31%. Néanmoins, les entreprises qui justifient de bénéfices inférieurs à 500 000 € jouissent du taux réduit de 28%. Les PME qui possèdent un chiffre d’affaires inférieur à 7,63 millions d’Euros profitent du taux de 15% jusqu’à 38 120€ de gains.

Reporter les déficits

Le déficit est certes mauvais pour l’entreprise, mais il peut servir à diminuer le bénéfice imposable de l’exercice de l’année suivante ou précédente.

Une société qui connait un exercice déficitaire peut être exonérée d’impôts IS pendant plusieurs années, dans la limite d’un million d’Euros par an avec une majoration de 50% de la fraction du bénéfice supérieur à ce plafond.

Ces avantages fiscaux vont permettre d’améliorer la trésorerie de l’entreprise.

Enregistrer les charges

L’enregistrement des dépenses constitue une solution de choix pour payer moins d’impôts. En règle générale, certaines charges sont déduites des bénéfices, d’où la diminution de la base imposable.

Les intérêts d’emprunts font partie des charges déductibles du résultat imposable. L’entreprise qui souhaite optimiser sa fiscalité peut, de ce fait, emprunter de l’argent pour réaliser ses projets. Suivez les conseils d’un expert fiscaliste.

Augmenter la rémunération du chef d’entreprise

Plus les revenus du chef d’entreprise augmentent, plus les impôts de la société diminuent. En effet, la rémunération de ce salarié est déductible des bénéfices imposables de la société.

La mise en place de cette solution est complexe, elle peut aboutir sur une opération blanche. L’idéal serait de se faire assister par un expert en fiscalité, en particulier un avocat fiscaliste.

Une alternative à cela consiste à alimenter le plan d’épargne salariale, qui peut échapper à l’impôt sur les sociétés et à certaines charges sociales, à condition de respecter la durée de blocage des primes.

Miser sur les crédits impôts

Le crédit impôt est une somme réduite de l’impôt à payer de l’entreprise. C’est une disposition fiscale mise en place par l’État pour inciter les investissements dans certains secteurs d’activité et Biens d’équipement.
Le montant du crédit impôt d’une société au cours d’un exercice peut être plus important que son impôt à payer. Dans ce cas, le trésor public rembourse l’excédent.

Le dispositif s’adresse à toutes les entreprises, même celles qui ne sont pas imposables. C’est donc une solution importante pour optimiser sa fiscalité.

Implanter son entreprise dans une zone aidée

L’État a mis en place des dispositifs pour encourager les investissements dans endroits spécifiques, notamment des zones rurales et des quartiers en difficulté.

Une entreprise soumise à l’IS qui s’implante en Zone d’Aide à Finalité Régionale (ZAFR) par exemple bénéficie d’une exonération totale d’impôt au cours des deux premiers exercices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *