broyeur-de-branches
Extérieur

Comment fonctionne un déchiqueteur de bois ?

Vous avez déjà pensé à ce qui se passe réellement à l’intérieur de vos machines ?  Ce n’est pas de la magie qui fait que votre bois est déchiqueté, que votre pelouse est tondue et que vos souches sont broyées … c’est tout un tas de mécanismes assez simples qui travaillent ensemble pour faire le travail avec le moins de travail possible pour vous.  Vous vous êtes peut-être demandé « comment fonctionne un broyeur à bois » ?  La réponse peut vous aider à choisir le broyeur qui vous convient le mieux, ainsi qu’à résoudre les problèmes qui peuvent survenir si vous en possédez déjà un.

Voici comment cela fonctionne :

Le moteur fournit la puissance en faisant tourner le vilebrequin.  (Je ne vais pas entrer dans le détail du fonctionnement du moteur, c’est un autre sujet pour un autre jour !)

Le vilebrequin est relié à l’embrayage, qui peut faire bouger la courroie de transmission ou la maintenir immobile.  Lorsque le moteur tourne à 1 600 tr/min ou plus, l’embrayage engage la courroie d’entraînement et la fait tourner.

La courroie d’entraînement fait tourner la turbine, dans laquelle est intégrée une lame de déchiquetage.

Lorsque le bois entre dans la trémie, il heurte la turbine et le couteau de déchiquetage qui le déchiquettent en petits copeaux.

Les ailettes situées à l’arrière de la turbine, ainsi que le flux d’air provenant des évents, poussent les copeaux vers la goulotte de décharge.

Vous avez la puissance nécessaire !

Tous les broyeurs de bois sont alimentés par une source d’énergie.  Généralement, ils sont alimentés par un moteur à gaz, bien que vous puissiez rencontrer un modèle électrique de temps en temps.  Les déchiqueteuses DR sont équipées de moteurs Briggs and Stratton OHV (overhead valve), ce qui signifie qu’elles sont relativement compactes pour leur puissance.  Notre plus grand broyeur a un couple de 30 pieds/livres, ce qui équivaut à environ 18 chevaux.  C’est plus que suffisant pour la plupart des propriétaires, mais vous trouverez des unités commerciales d’une puissance de 200 chevaux ou plus.  Il s’agit là d’énormes machines, que vous n’avez pas envie de stocker dans votre grange !  Même les petits modèles de 11,5 ou 16,5 pieds/livres sont nettement plus puissants que les machines bon marché des grandes surfaces et dureront beaucoup plus longtemps.

Pour réduire la pression exercée sur le moteur (ce qui le fait durer plus longtemps), l’embrayage n’engage pas la courroie d’entraînement avant d’atteindre 1 600 tr/min.  Si vous trouvez un morceau de bois suffisamment résistant pour ralentir l’hélice au point de faire descendre le moteur en dessous de 1 600 tr/min, l’embrayage désengagera la courroie d’entraînement, empêchant la lame de tourner et épargnant le moteur.  C’est pourquoi il est préférable de connaître la taille des branches que vous allez vouloir ébrécher avant de choisir une taille de moteur.  Si vous choisissez un modèle conçu pour des branches jusqu’à 3-1/2″ et que vous essayez d’y mettre une branche de 5″ d’épaisseur, cet embrayage va protéger votre moteur de la contrainte supplémentaire en désengageant la courroie d’entraînement.  En résumé : n’essayez pas de mettre des branches plus grosses que celles pour lesquelles votre machine est conçue !  Le DR ne vous laissera littéralement pas tuer votre moteur en le surchargeant avec des branches trop grosses.

Sur les plus petits modèles (et petit est un terme relatif, car la puissance de ces modèles n’a rien de petit !), la courroie d’entraînement est renforcée avec du Kevlar, ce qui la rend super résistante et durable.  Les plus grands modèles (16.5 PRO, 30.0 PRO-XL et PTO) sont équipés d’une courroie d’entraînement dentée super résistante.  Non seulement cette courroie s’accroche encore mieux à l’embrayage et à la roue, mais elle reste froide, ce qui lui permet de durer plus longtemps.  En effet, lorsqu’une courroie se déplace à une vitesse de 3 800 pieds/seconde, elle devient sacrément chaude, et c’est la chaleur qui fait que les courroies se détériorent et doivent être remplacées.

Le cœur et l’âme du broyeur sont la roue et la lame.  Les roues de DR sont fabriquées en acier épais – trois fois plus épaisses que celles de nos concurrents.  Le couteau du broyeur est intégré à la roue.  Le nôtre est conçu pour imiter les grandes machines commerciales, avec un acier de qualité, un bord rigoureusement aiguisé et une conception plus large que les autres déchiqueteuses.

Comment fonctionne l’auto-alimentation ?

Trois caractéristiques de conception des déchiqueteuses à bois  DR Rapid-Feed leur permettent d’auto-alimenter la plupart des branches.  Tout d’abord, la trémie est verticale, de sorte que la gravité pousse les branches vers le bas, vers la turbine et le couteau du broyeur.  Ensuite, le couteau de déchiquetage est précisément incliné de manière à « saisir » les matériaux et à les aspirer.  Enfin, la ventilation par injection d’air permet de créer un vide dans la chambre de broyage, aspirant les branches à broyer et l’air qui expulsera les copeaux par la goulotte de décharge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.